Les Anciens Dieux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Anciens Dieux

Message par Balder le Lun 13 Déc - 18:27

Aveonn n'a pas toujours été le dieu vénéré dans les Francs-Royaumes. Avant la venue des Kemens, les Aldridiens et les Boréens, premiers habitants de ces contrées, vénéraient leurs propres divinités, certes peu puissantes, mais bien plus présentes dans leurs vies.
Ces divinités ancestrales sont aujourd'hui appelées les Anciens Dieux. Les raisons de leur venue en ces contrées demeurent mystérieuses, mais d'aucuns disent qu'ils prirent les Aldridiens et les Boréens, abandonnés par leurs créateurs, en pitié.
Ce sont des entités aux noms si anciens qu'ils ne semblent venir d'aucune langue mortelle connue. Des noms respirant l'ancienneté, parfois terribles, synonymes de tourments, mais toujours déroutants, déjà à l'époque des Aldridiens et des Boréens.

Oosh

Également nommé Osk ou Ohj, ce dieu était le protecteur des Boréens. En ces temps reculés, il apparaissait parfois aux mortels sous la forme d'un mystérieux voyageur à la longue barbe grise, parfois accompagné d'un de ses Ooshdirn.
Ces faucons mythiques, au nombre de sept et dont le nom signifie "les yeux d'Oosh", avaient reçu de leur maître le don de raison. Volant haut dans les cieux, ils transmettaient ses messages et lui rapportaient les nouvelles du monde. Les gens du Nord avaient coutume de dire à leurs enfants : "Ne fait point de vilaines choses lorsque tu vois ou entends un faucon planer au-dessus de toi ; c'est peut-être un des Ooshdirn, et grande serait la colère du Vieux Père s'il apprenait d'eux que tu as fait preuve de méchanceté".

Zarken

Le statut de cette terrifiante entité est toujours demeuré incertain. S'agit-il d'un dieu ou d'un démon ? D'un être véritable, ou d'une pure chimère ?
Ce qui est sûr, c'est que peu d'êtres ont inspiré plus de peur aux Aldridiens, aux Boréens et aux franc-terrois par la suite. Décrit comme une créature décharnée, à la peau grise et parcheminée, à la mâchoire garnie de crocs perpétuellement figée en un rictus cruel, et aux yeux masqués par un bandeau noir, Zarken est l'incarnation de la mort et du deuil dans les Terres Franches. Bien que tout un chacun sache son rôle juste et nécessaire, il prend un plaisir malsain à amener les mortels au trépas.
On raconte l'histoire d'un ancien héros, qui serait parti dans l'Est, à la recherche des légendaires Eldars, afin d'obtenir d'eux le secret de l'immortalité. Agacé par cette quête stupide, Zarken l'aurait maudit, refusant de venir le prendre une fois son heure venue. Il devint, selon le mythe, le premier mort-vivant, qui hante toujours les terres.
Encore aujourd'hui, la peur qu'inspire Zarken est telle que son nom n'est murmuré qu'une fois à l'oreille des enfants, dès lors qu'ils atteignent l'âge de raison ; en outre, par peur d'attirer son attention, la plupart des gens bannissent de leur vocabulaire tout mot se rapportant à la mort. C'est ainsi qu'on ne parle guère des "défunts", mais plutôt de "Ceux d'en-bas".

Drozarut
Dieu guerrier, tenu pour "l'un des deux pères" du premier Empereur boréen. Il apparaissait peu aux mortels, même dans les temps anciens, mais il a laissé une preuve incontestable de son pouvoir : Sar'farus, le Dragon de Haldrask, joyau de l'Empire.
Depuis la fondation de l'Empire boréen, au début de l'Âge des Légendes, ce dragon, façonné dans la pierre et le métal et abritant une parcelle de l'essence de Drozarut, est le gardien de la lignée impériale. Par le passé, les Empereurs pouvaient l'appeler à l'aide lors des périodes de crise, mais depuis la fin de l'Âge des Légendes, il dort d'un profond sommeil au sommet de la montagne de Haldrask, tel une statue mythique.

Le Roi Sinople

Celui qui Inspire les Héros. Le Roi Sinople, dont le vrai nom est un secret même pour les autres dieux, fut jadis la divinité tutélaire des terres qui allaient devenir le royaume de Lancegarde. Habillé en roi païen en temps de paix, armé en guerre lorsqu'il apparaissait sur les champs de bataille, il portait toujours une toge d'un vert émeraude d'où il tenait son nom.
On disait des héros et des aventuriers de jadis qu'ils étaient autant ses fils que ceux de leurs pères. Ceux-là étaient aussi vaillants que sages, deux qualités que le Roi appréciait entre toutes.
Aujourd'hui, le Roi Sinople a été ravalé au rang d'esprit protecteur des gens aventureux, et ne fait guère plus l'objet d'un culte. La seule trace marquante qu'il ait laissée est la ville lancegardienne de Sinople, où même les nombreuses injonctions du culte d'Aveonn n'ont pas pu faire abattre sa statue.

Kernûn

Les druides le nomment Kernahon ; en Thassyrie ancienne on le nommait Kermah. Il est le dieu de la nature, mais pas de la nature végétale et animale : c'est le maître de l'ensemble des lois naturelles, de la terre, des mers et des cieux, des astres et du monde comme un tout indivisible.
Kernûn est sans doute le plus puissant des Anciens Dieux, bien qu'il n'en soit pas véritablement le chef (ce rôle ne semble d'ailleurs échoir à aucun d'entre eux). Il peut aussi bien déchaîner la foudre et les vents que commander aux créatures vivantes et à la course du soleil. Ses représentations abondent et sont fort différentes les unes des autres : tantôt montré comme un homme à tête de cerf, tantôt comme un guerrier brandissant la foudre, et d'autres fois comme un aigle apportant le froid et la neige dans l'ombre de ses ailes... Il est l'incarnation de la nature sauvage sous toutes ses formes, de l'âme même des Francs-Royaumes et du reste du monde.
Ses derniers adorateurs sont aujourd'hui les druides, qui doivent toujours passer sous son regard en marchant dans les Flammes de Kernahon pour obtenir leurs pouvoirs et leur sagesse.

Galdwyn

La Dame Pourpre, fille de Kernûn, maîtresse de la loi et de la justice, divinité tutélaire de l'ancienne Thassyrie. On la représente comme une belle femme à la longue chevelure de feu et portant une robe païenne pourpre. Le pourpre est sa couleur, celle de la droiture et de ce qui est juste, une couleur que même le culte d'Aveonn a reprise tant elle est imprimée dans l'esprit collectif des Francs-Royaumes.
Le caractère de cette déesse est celui d'une femme farouche et déterminée, et les anciens thassyriens tiraient une immense fierté de sa protection. Aujourd'hui, elle n'est guère plus qu'une allégorie de la justice vengeresse qui s'abat sur le traître et le meurtrier.

D'autres divinités devraient suivre... sous peu, j'espère.
avatar
Balder
Admin

Messages : 51
Date d'inscription : 12/12/2010
Age : 23

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum